Informations presse

par | 13 Sep, 2021 | Informations | 0 commentaires

informations presse courrier
Temps de lecture : 7 minutes

L’EXERCICE ILLÉGAL DANS UN GARAGE...

Un garage poussiéreux où les «patients» s’installaient sur des chaises placées entre une cage à oiseaux et une chaufferie… Telle était la réalité qui se cachait derrière l’association “À pleine dent”, près de Riom, dans le Puy-de-Dôme, qui, sous couvert d’une œuvre humanitaire vantée sur son site Internet ainsi que dans des articles de journaux et des émissions de radios, proposait des prothèses à prix réduit, actes en bouche compris,  

Depuis 2008. À la tête de cette opération, un prothésiste dentaire à la retraite et son épouse, présidente d’À pleine dent.

La justice, saisie par le conseil de l’Ordre du Puy-de-Dôme, vient de mettre un terme à cet exercice illégal. Le prothésiste et sa femme se sont vus  condamnés   respectivement à 4 mois de prison avec sursis assortis d’une interdiction définitive   d’exercer le métier de prothésiste, et à 2 mois de prison avec sursis.

Informations sources de l’ APD 

Chage lourde d'un prothésiste dentaire dans le Gard.

Déja condamné et confirmé en cassation dont la 1e condamnation remontait au 7 mai 2004.

Le prothésiste, identifié comme “charlatan” par le CNSD, a semble t il continué son activité du fait de sanctions peu dissuasives.

Le Syndicat des chirurgiens dentistes du Gard a donc porté plainte avec constitution de partie civile pour un renvoi devant le tribunal Correctionnel.

Le prothésiste a été condamné a 6000€ d’amendes ainsi qu’à des dommages et intérêts au bénéfice du Syndicat du Gard.

Une précision indique que :

Le prothésiste s’est alors pourvu en Cassation.

Le 7 avril 2021 le “délinquant” (citation CNSD) a vu son pourvoi en Cassation rejeté.

« le prévenu ne peut justifier ses actes par son activité d’épithésiste dont il possède le diplôme depuis 1999, dès lors qu’en cette qualité, il fabrique des prothèses faciales externes, ce qui est différent des prothèses dentaires, et que les faits qui lui sont reprochés s’inscrivent dans sa stricte activité de prothésiste dentaire. » !

Sources :

T. Soulié, Éditorial, GDF MAG1945-1946,15 juillet 2021.

Discutions informations:

Il apparait de façons tout à fait logique que un prothésiste dentaire qui n'a pas de formation médicale adéquate ne doit pas s'estimer en droit de faire des actes en dehors de ses compétences.

sans règles déontologiques établies il est difficile d’estimer avoir le droit d’intervenir dans de bonnes conditions.

Il faut aussi avoir acquis des connaissances médicales de base afin de pouvoir reçevoir un patient dans de bonnes conditions pour être en mesure d’adresser le plus rapidement possible celui-ci à un médecin traitant en cas de doute ou bien de pouvoir prendre conseil aupres du dit médecin traitant pour d’éventuelles compléments d’informations.

Ceci est impossible en l’état puisque, à juste titre, les praticiens ne peuvent avoir confiance en ceux qui n’ont pas reçu de mise à niveau médicale, même si cela ne gêne en rien beaucoup de chirurgiens dentistes de faire venir les prothésistes dentaires pour les assister au fauteuil, ce qui reste des actes non reconnus mais faits en toute sécurité avec les chirurgiens dentistes.

Tous les prothésistes dentaires qui passent le diplôme d’épithésiste pensant obtenir un passe droit se font abuser, puisque l’information reste floue au moment de l’inscription mais néanmoins claire, il ne s’agit que d’une formation parallèle sans connaissances médicales nécessaires.

Il y a aussi une autre évidence que le métier d’épithésiste n’a rien a voir avec le dentaire et qu’il est ouvert à toute la profession et notamment aux conjointistes n’ayant aucune connaissance en prothèses adjointes toujours dénigrées et boudées par ceux-ci. Les conjointistes ne peuvent pas traiter correctement des travaux d’adjointes et il est donc encore plus normal que le diplôme d’épithésiste ne soit pas un tremplin d’accès à l’appareillage de patients.

Ce n’est pas le premier à être condamné, il y a un certain temps Mr B…. a déjà été condamné lourdement avec interdiction d’exercer à vie le métier de prothésiste dentaire.
Justice/Le prothésiste dentaire était accusé d’exercice illégal de la médecine. Michel Benhaïm de nouveau jugé (ledauphine.com)

Ceci est logique, à partir du moment où aucune connaissance médicale de base, aucune formation de technique de prise d’empreinte ni de l’enregistrement de l’occlusion ne sont acquis : on n’invente pas une prise d’empreinte, même si la réception d’empreintes aux laboratoires sont certaines fois désastreuses, on n’improvise pas non plus un enregistrement d’articulé, même si il faut faire 4 ou 5 essayages de prothèses avant de terminer et de les voir revenir une fois polymérisées avec une erreur d’occlusion et le mot “je ne comprends pas, ça allait à l’essayage”.

Au regard de tout cela il est bien clair que ce n’est pas si simple et qu’il est bien nécessaire de passer par toutes les étapes de la formation pour acquérir le niveau requis.

Il ne s’agit pas d’un stage de 3 jours ou d’une validation des acquis puisque les prises d’empreintes et autres ne s’acquièrent pas uniquement  en faisant des montages de dents ; et le fait de savoir faire une prothèse conjointe numérique ne concède aucune connaissance anatomique et encore moins de réaliser un montage de prothèse complète.

Pour ma part, je suis tout à fait d’accord avec la position des Syndicats dentaires qui se plaignent de l’exercice illégal des “Denturologues” qui n’ont aucune qualification, car ce sont des Prothésistes qui s’octroient ce titre sans en connaitre les compétences exactes requises.

Il est évident que dans ces conditions les “pseudo Denturologues” ne font que porter un discrédit sur une qualification professionnelle de qualité et permettent aux Syndicats dentaires de refuser à juste titre une reconnaissance indiscutable de cette profession en France.

Seule une mise à niveau avec une formation cohérente permettra une reconnaissance professionnelle indiscutable.

On ne s’invente pas Denturiste.

IFD – Accueil (international-denturists.org)

A titre d’exemple un Ambulancier ne fait pas d’examen médical, ni d’injection ou de prise de sang, c’est juste un transporteur de patient agréé.

Une infirmière ne fait pas de diagnostic médical ni de transport de malade, comme le fait l’ambulancier.

Le prothésiste dentaire n’ayant pas suivi une formation de Denturologue ne peut que faire selon ses compétences professionnelles.

‎Joignez-moi Aujourd’hui‎

‎Je vous donnerai toutes les informations nécessaire et je répondrai a vos questions.‎

Beaucoup de questions et d’incertitude sur la formation sur le métier et l’avenir.

La collaboration d’avenir avec les cabinets dentaires.

‎Consultez ces articles connexes‎

Textes et lois

Textes et lois

Texte de lois de la cour de justice de l'Union EuropéenneARRÊT DE LA COUR (première chambre) 25 février 2021 (*)« Renvoi préjudiciel – Reconnaissance des qualifications professionnelles – Directive 2005/36/CE – Article 4 septies, paragraphe 6 – Réglementation...

lire plus
Enregistrement RNCP

Enregistrement RNCP

Voici la 1e page et la dernière de l'enregistrement au RNCP pour la reconnaissance du niveau de Denturiste en France, en conformité avec les derniers textes légaux.Tout les niveaux passés en Belgique ou dans tout autre pays Européens qui ne sont pas reconnu...

lire plus